Nadia Petkovic

Mercredi, 20 Septembre, 2017 - 11:30
Béatrice Faury

Lissière a Aubusson.

Après des études à l’école des Beaux Arts à Nantes, elle prend conscience que la posture d’artiste ne l’intéresse pas.

Par contre, celle d’artisan l’attire énormèment . Pendant cinq ans , un travail artistique aux confluences de l’art et de l’artisanat la conduit à l’évidence, l’artisanat d’art est assurément la voie d’un épanouissement possible, entre répétition du geste jusqu’à la transe et exigence technique appliquée à un matériau sensible.
Lorsqu ‘elle entend parler de la mise en place de la Cité Internationale de la tapisserie à Aubusson et d’une formation professionnelle, elle quitte sans hésiter, son poste d’enseignante en arts plastiques en région Parisienne pour changer de vie.
« Etre le lien entre un savoir faire patrimonial comme la tapisserie et le monde contemporain est une chance unique. Le dialogue qui s’instaure entre l’artiste et l’artisan autour de la création d’une œuvre tissée est porteur d’une incroyable richesse humaine et artistique. La tapisserie l’amène dans une autre temporalité, où le travail du geste pour une seule Tapissserie s’accomplit sur plusieurs mois voire années. Un temps proche du rythme de l’ Homme, si nécessaire à l’ère du virtuel et de la course effrénée vers toujours plus de technologie. » évoque t’elle.